METABLOG EBOOKS FROM GOOGLEBOOKS

METABLOG EBOOKS FROM GOOGLEBOOKS
FIND E-BOOKS HERE !
There was an error in this gadget

Monday

ebook - livre numérique - critiques - Débandade - Clémence Dumper

Premier roman de Clémence Dumper, Débandade suit l’errance d’Alexis, un jeune homme de 30 ans qui souffre de ne pouvoir éprouver d’érections. Décomplexé, à la fois drôle et solennel, le récit dessine en creux une critique de notre société, qui déborde de sexualité en même qu’elle aliéne notre désir.  Clémence Dumper en un clin d’œil :Née à Nîmes en 1978, Clémence Dumper, de son vrai nom Clémence Tombereau, a été professeur de lettres avant de se lancer dans l’écriture. Débandade est son premier roman. Lire la biographie complète de Clémence Dumper. Pourquoi on a aimé « Débandade » :Impuissant et pourtant obsédé par le sexe ? Tel est le paradoxe qui turlupine Alexis, 30 ans, incapable mécaniquement de faire l’amour. Ce n’est pas faute d’essayer. Malgré quelques petites amies et un désir bien présent, le jeune homme n’y arrive pas. Avec Débandade, Clémence Dumper signe un premier roman insolent de justesse sur un sujet pourtant pas évident. Lassé et frustré par ses mésaventures à répétition, Alexis décide de prendre en main le mal qui le ronge. Le trentenaire se lance alors dans une véritable « odyssée », en quête de soi et bien décidé à comprendre l’origine de son mal être. Recours aux médicaments, remèdes naturels, sites coquins, échanges tarifés, divan de psy ou expériences homosexuelles… le récit de cette quête prend la forme d’une exploration du paysage sexuel contemporain, sursaturé d’images, de mots, de publicités dans le métro. Comment affronter son malaise intime quand le sexe dégobille de partout ? À mesure que les pages se tournent, le regard de la jeune romancière s’aiguise sur le rapport de notre société au sexe : « Pas étonnant que nos sociétés soient névrosées. Pas étonnant qu’on soit les champions des anxiolytiques et antidépresseurs. Le bonheur est comme le cul : plus on l’affiche, moins on le goûte. (…) Le cul et le bonheur. Comme des produits de consommation. De masse. Démocratiser l’un et l’autre, pour mieux stigmatiser ceux qui ne l’atteignent pas. » Le ton est cru, mais jamais graveleux. Entre malice et solennité, Débandade est un roman inspiré et fougueux sur la difficulté d’être heureux et de trouver les clés du désir. Le regard critique :Il faut bien le reconnaître, l’usage extrême de la deuxième personne du singulier pour conter – montrer du doigt ? – le parcours d’Alexis peut être agaçant à la longue. Alors qu’au départ, cet exercice narratif donne lieu à un effet plutôt stylé. La page à corner : »Il existe des moments détestables et pleins d’espoir. Les matins. Perfides et mécaniques. Ces points du jour où le corps prend le dessus, impétueux, indépendant et traître. Elle est là, fière, dominant le réveil de toute sa majesté. Plantée au milieu du corps, digne comme un cygne, elle semble narguer son auditoire invisible, suspendu à son gland. Colosse aux nerfs d’argile : dès qu’une main se pose dessus, il s’effondre de stupeur, monstre effarouché qui se ratatine comme par magie. Allergique au contact. Que de la gueule, du bluff à tout va. Une Marie couche-toi là qui ne tient pas ses promesses, pourtant impressionnantes. Une illusion perdue. Une raison de plus pour ne pas aimer le réveil. » (pp. 25-26)  Crédits photo : © DR  Sébastien Jenvrin

ebook - livre numérique - critiques - Débandade - Clémence Dumper

No comments: